17 octobre 1961 , 17 octobre 2007 - Actualités de l'émigration

17 octobre 1961 , 17 octobre 2007

mardi 16 octobre 2007 à 16:45
46e anniversaire du massacre du 17 octobre 1961 à  Paris

En 1961, la Guerre d'Algérie dure déjà depuis sept ans et va en s'intensifiant. Le peuple algérien lutte courageusement pour la liberté et l'indépendance, ainsi que pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. A Paris, le 5 octobre 1961, un communiqué du préfet de police, Maurice Papon, instaure le couvre-feu à l'encontre des Algériens résidant dans la région parisienne, leur interdisant de circuler entre 20 h 30 et 5 h 30 du matin et ordonnant la fermeture des établissements tenus ou fréquentés par les Algériens.

Pour dénoncer ce couvre-feu raciste que voulait imposer arbitrairement le préfet Maurice Papon, une grande manifestation pacifique fut organisée à Paris le 17 octobre 1961, afin d'exiger l'annulation de ces mesures discriminatoires à l'encontre des Algériens et demander l'ouverture des négociations avec le Front de Libération Nationale (FLN) pour mettre un terme à la Guerre d'Algérie et reconnaître le droit du peuple algérien à l'indépendance.

La manifestation a rassemblé plusieurs dizaines de milliers d'Algériens : des hommes, des femmes et des enfants manifestaient pacifiquement dans les principales artères de Paris. Mais, très vite, cette manifestation, pourtant pacifique, se transforma en une véritable tragédie. Les forces de répression, composées de la Police, des CRS, de la Gendarmerie et des Harkis, obéissant aux ordres de leurs supérieurs, ont ouvert le feu à l'arme automatique sur les manifestants.

Le bilan de cette horrible répression, d'une violence inouïe, fut très lourd. Des centaines de morts, de blessés, de disparus et plus de 14 000 personnes arrêtées et parquées pendant plusieurs semaines au Palais des sports de la Porte de Versailles, au stade de Coubertin et au centre de tri de Vincennes. Ils ont subi les pires brimades, tortures et privation de nourriture, et faute de soins plusieurs blessés sont morts et jetés dans la Seine. La majorité des 14 000 Algériens arrêtés le 17 octobre et les jours suivants ont été refoulés en Algérie et internés dans des camps de concentration.

46 ans après la répression sanglante dont fut victime la communauté algérienne, la France n'a toujours pas reconnu sa responsabilité dans ce crime d'Etat commis le 17 octobre 1961 contre les travailleurs Algériens et leurs familles qui ont manifesté pacifiquement pour défendre leur droit et dénoncer l'arbitraire dont ils étaient victimes.

46 ans après l'indépendance de l'Algérie, la France n'a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu'elle a menées et plus particulièrement la guerre d'Algérie et le cortège de drames et d'horreurs qu'elle a entraîné. Par contre, le 23 février 2005, le Parlement français a voté la loi sur les « aspects positifs de la colonisation ». Le gouvernement français parle aujourd'hui de la création de la fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie en application de l'article 3 de cette même loi du 23 février 2005. Mais pour la recherche de la vérité et de la justice sur cette période sombre de l'histoire entre les deux pays, il faut avant tout assurer la liberté d'accès effective aux archives pour les historiens et les citoyens.

A l'occasion du 46e anniversaire du 17 octobre 1961, plusieurs associations françaises et émigrées appellent à un rassemblement pour exiger la reconnaissance officielle du crime d'Etat perpétré le 17 octobre 1961 contre des Algériens. Ce rassemblement aura lieu le 17 octobre à Paris, sur le Pont Saint-Michel.


  • Pour rendre hommage à toutes les victimes de la répression féroce commise à Paris par les forces de police à l'encontre d'une population algérienne désarmée,
  • Pour perpétuer la lutte contre l'oubli,
  • Pour exiger la reconnaissance officielle par le gouvernement français de ce crime d'Etat commis à Paris le 17 octobre 1961.

L'Union des Algériens en France et en Europe (UAFE) appelle la communauté algérienne à commémorer partout en France cette date historique et à participer à tous les rassemblements organisés le 17 octobre 2007.

Paris, le 14 octobre 2007

Posté dans ACCUEIL
kinoute